Ce blog est en pause pour une durée provisoire. Merci à tous mes aminautes qui ont suivi ce blog avec amitié et fidélité. Je ne vous oublie pas et reviendrai prochainement...

mardi 20 novembre 2012

Cinéma : Augustine d'Alice Winecour.


Augustine

Réalisé par Alice Winecour (premier long métrage)
avec Vincent Lindon, Stéphanie Sokolinski (chanteuse : Soko), Chiara Mastroianni
Date de sortie : 07 novembre 2012

J'ai beaucoup aimé ce film envoûtant magistralement interprété par un Vincent Lindon, animal dans son costume de grand bourgeois et une Stéphanie Sololinski, criante de vérité, de sensualité, d'animalité.

Vincent Lindon rend magnifiquement l'ambiguïté du personnage du Dr Charcot qui veut démontrer que les hystériques (ce qu'il appelle l'hystérie ovarienne) ne sont pas des sorcières tout en les exhibant comme des objets scientifiques.

Le film se passe au XIXe siècle dans cet hôpital de la Salpétrière où 4 000 femmes s'entassent dans la "cité des femmes" et sont observées, nuit et jour, comme des rats de laboratoire.  "Ces malades étaient exhibées, déshabillées, palpées devant un public de médecins et de représentants de la bonne société parisienne, au cours de séances d'exhibitionnisme maquillées en explorations scientifiques. ».(Alice Winecour).

De cette atmosphère totalement fantasmagorique pour des spectateurs du XXIe siècle, Augustine va émerger en jeune patiente de 19 ans atteinte de crise d'hystérie spectaculaire. Le Dr Charcot va en faire son objet d'étude scientifique sans la considérer à aucun moment comme un sujet.

J'ai perçu ce film sous trois aspects :

- une dimension sociale dans ce monde où le bas peuple est méprisé, ignoré dont la seule fonction est de servir. On verra Augustine quitter la salle commune pour une chambre individuelle, non pas par compassion pour elle mais pour permettre aux médecins de mieux étudier ses crises nocturnes.

- une dimension politique du pouvoir masculin sur ces femmes, objet de désir de médecins et bourgeois voyeurs. Certains critiques cinématographiques allaient jusqu'à considérer ces séances publiques comme des peep shows. La révolte d'Augustine préfigure-t-il les futurs mouvements féministes ? 

- une dimension psychologique.  Le Professeur va s'adoucir peu à peu et se troubler face à une Augustine qui  laisse éclater sa sensualité et prend de l'ascendant sur l'illustre médecin. Guérie, elle se libérera complètement de son emprise en refusant de se prêter à une séance d'hypnose et en simulant de sa propre volonté une crise d'hystérie. Ses yeux, fermés lorsqu'elle ne simulent pas, ne quitteront pas le regard du professeur lors de la simulation comme pour reprendre sa dignité de sujet.

La grande découverte de ce film est indubitablement Stéphanie Sokolinski que je ne connaissais pas. Elle est saisissante, envoûtante, criante de vérité. Je n'oublie pas Alice Winecour qui réalise là un premier long métrage magique. Je n'ajoute rien sur Vincent Lindon, toujours aussi talentueux.

Je recommande vivement ce film.




PS : Il convient d'ajouter qu'Augustine a bel et bien existé. Arrivée à 14 ans à la Salpétrière, en 1875, elle sera considérée comme guérie en 1879. Elle restera comme aide à la Salpétrière et continuera ses séances en simulant l'hystérie. Après une rechute, elle s'enfuira de la Salpétrière en 1885 pour "aller vivre avec un homme" selon certaines sources.

Par ailleurs, sont insérés des témoignages de vraies patientes sorties récemment de l'Hôpital Psychiatrique. Ces interviews incongrues ajoutent de l'étrangeté au film.

8 commentaires:

  1. "De çi, de là, ce blog musarde et s'amuse. Un zeste de sérieux, des pétales de culture, quelques flocons d'actualité, des feuilles virevoltantes d'humeur, un quartier de lune, quelques gouttes de rosée, une caresse de méditation..."

    Oh mais je reconnais bien là la patte malienne :) dans cette promesse ... J'ai hâte ! sourire
    Pas cinéphile désolée mais je fais confiance en ton goût .

    Au plaisir de tes chroniques bien sélènes ( joli titre ! ) car cultivés à la lune, je suis sûre que rien ne pourra plus nous arriver !

    Un quartier de bisous - j'en laisse pour les autres ) bien alunés et pleine ! vie à ce nouvel enfant ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci Véronique pour ce bel encouragement. Cela me ferait bien plaisir si tu devenais la première membre de ce blog, toi, jardinière d'Aime haut. Ton blog est en pause mais j'ai tant à découvrir du fait de ma longue absence. Pour le côté cinéma, rassure toi. Je ne fais pas un blog de cinéma mais il est vrai que cette rentrée a été couronnée de beaucoup de beaux films, alors je me régale. J'ajoute, pour l'humour, que les consigner dans mon blog me permet de m'en rappeler beaucoup mieux, notamment, notamment les noms des acteurs et du metteur en scène..."J'ai la mémoire qui flanche, je m'rappelle plus très bien....", Jeanne Moreau avait tout dit. Bisess étoilées.

      Supprimer
  2. Raté,Véronica B ne sera pas le premier membre, la place est déjà prise et j'en suis trés fier!
    Félicitations Malou pour l'ouverture de ce nouveau blog. Je vais le suivre de très prés.
    Et puisque tu fais dans l'astronomie, je t'envoie de grosses bises célestes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, c'est ce que je viens de voir, PhareOuest, même si tu te caches derrière le mot "anonyme'. Je crois savoir que tu as eu des problèmes pour te faire reconnaître par Google. Tiens-moi au courant. Tendresse

      Supprimer
  3. Bonjour Malou, heureuse de te retrouver via le blog de mon amie Lyse.

    Je n'ai pas vu ce film, la critique, dont j'en ai eu écho, lui est très favorable, sur mon blog je parle de l'art brut, celui des gens anonymes, de personnes internées qui savent si bien exprimer leur sensibilité et leur talent au travers de leurs oeuvres.

    Je t'embrasse et te souhaite une excellente semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ma chère Edith. Mon retour est si récent que je n'ai pas encore eu le temps d'aller chez toi mais vais m'y rendre sans tarder. Ton article sur l'art-thérapie va sans nulle doute m'intéresser. Je suis très heureuse de ta venue sur mon nouveau blog. L'ancien devenait un peu fouilli. Je le conserve encore un moment mais sans plus rien y publier. A très vite. Je t'embrasse.

      Supprimer
  4. Ce film-là, j'irai le voir certainement, dès qu'il passera près de chez moi, j'adore Vincent Lindon, et l'histoire du film doit être passionnante.

    RépondreSupprimer
  5. Oui passionnante, vraiment. J'ai particulièrement été frappée par la façon dont les médecins de l'époque considéraient ces malades objets. Alice Winecour est prodigieuse de sensibilité et d'excellente connaissance du sujet. Film excellentissime.

    RépondreSupprimer

Quel plaisir de lire vos commentaires, ces petits cristaux de sel que j'aime à déguster, délicatement posés sur la chair de votre sensibilité, de votre générosité. ! Ici on se dévoile...donc point d'anonymat...au moins un pseudo...merci.

Bretagne réunifiée

Translate

Englishblogger españolblogger Italianoblogger Deutschblogger Nederlandsblogger العربيةblogger
Russeblogger Japonaisblogger Portugaisblogger Chinoisblogger Coréenblogger Turcblogger
ελληνικάblogger српскиblogger Polskiblogger Danskeblogger Suomenblogger Svenskablogger
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...